Background
voir fond
retour

La cathédrale en chiffres


Eléments de comparaison : Hauteurs des voûtes des cathédrales de :

Noyon (commencée après 1131) : 22 mètres

Senlis (commencée en 1153) : 24 mètres
Laon (commencée en 1155) : 25 mètres
Strasbourg (commencée après 1176) : 31 mètres
Paris (commencée en 1163) : 35 mètres
Chartres (commencée en 1194) : 37 mètres
Bourges (commencée en 1192) : 38 mètres
Reims (commencée en 1211) : 38 mètres
Amiens (commencée en 1220) : 42,5 mètres
Beauvais (commencée en 1225) : 48 mètres

Longueur
- extérieure : 149 mètres
- intérieure : 139 mètres
- de la nef : 115 mètres

Largeur
- extérieure : 34 mètres
- intérieure : 30 mètres
- extérieure au transept : 61 mètres
- intérieure au transept : 49,5 mètres
- de la nef (axe des piliers) : 14,65 mètres
- des bas-côtés : 7,75 mètres

Hauteur
- des tours : 83 mètres
- du clocher à l’ange (chevet) : 87 mètres
- de la voûte de la nef sous clef : 38 mètres
- des voûtes des bas-côtés : 16,40 mètres

Superficie
- hors œuvre : 6 650 m²
- dans l’œuvre : 4 800 m²

La cathédrale de Reims a une très riche statuaire qui est supérieure à celle de toutes les autres cathédrales européennes. Le nombre de statues qui l’ornent, s’élevait en effet, avant 1914, à 2 303. On peut observer notamment sur le portail gauche de la façade occidentale la statue de l’Ange au Sourire, emblème de la Ville de Reims, celle de la Reine de Saba restaurée en 2006 – 2007 ou encore l’homme à la tête d’Ulysse (restaurée en 2010-2011). L’édifice se distingue par une rare unité de style, malgré une construction qui s’étendit sur près de trois cent ans (mais principalement au XIIIe siècle).

À 50 mètres du sol, sur la face occidentale, se trouve la « galerie des rois » avec, au centre, « le baptême de Clovis ». Plus bas, on peut observer le récit du combat de David contre Goliath et, juste au-dessus du portail principal, le « couronnement de la Vierge ».